Septfonds 1939-1945…

Si le témoin par sa mémoire donne de la matière à l’historien, l’historien par sa rigueur donne du sens à la mémoire. Les souvenirs s’estompent dans le temps et seul l’écrit ou le témoignage enregistré peuvent véhiculer au plus juste le vécu vers les générations suivantes.

L’historienne Geneviève Dreyfus-Armand spécialiste entre autres des migrations espagnoles au 20 ème siècle, vient d’agir en ce sens en publiant aux éditions Le Revenant, un livre somme consacré au camp de Septfonds. Ce lieu connu pour avoir « accueilli » dès 1939, les réfugies espagnols de l’armée républicaine, les soldats polonais « ex-alliés », les Juifs étrangers livrés aux nazis par la police de notre concitoyen montalbanais René Bousquet (Il est bon parfois de rappeler que notre terroir bien aimé n’a pas produit que des héros) …

Pas facile pourtant de remonter le cours de l’histoire quand on sait que les archives du camp ont été, comme par hasard, détruites dès 1945… On voulait oublier tant de choses à la Libération qu’on a laissé l’herbe et les ronces pousser sur cette terre qui a connu tant de souffrances. On a décidé que plus jamais de telles horreurs ne se reproduiraient et qu’il fallait passer à autre chose. Seulement voilà, souvent l’histoire bégaie, les réfugiés de nos jours sont regroupés dans des centres de « rétention », mais quelle que soit leur appellation, les camps restent toujours des lieux de privation de liberté, d’angoisse, de douleur, de séparation… Si leur « confort » est certes moins précaire que celui du camp de Judes, les causes qui ont entraîné leur exil sont toujours les mêmes, les guerres fratricides, la voracité du pouvoir, le besoin de dominer… Et il n’est pas certain que les pratiques de solidarité, la volonté de résistance, l’expression artistique qui ont fait la force des « indésirables » de l’époque soient présentes chez ceux d’aujourd’hui…

Si nous n’y prenons garde, si nous occultons trop vite notre passé, si nous détournons les yeux des réprouvés qui peuplent nos rues et nos forêts, nous risquons de connaître aussi un jour les affres de la misère concentrationnaire, mais peut-être sera-t-il alors trop tard ?…

Henri Cazales / Radio-Asso.

« Septfonds 1939-1945 / Dans l’archipel des camps français » de Geneviève Dreyfus-Armand chez Le Revenant éditeur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s