Colique EHPADique…

Hécatombe dans les EHPADs ! Ciel ! Allons-nous manquer de vieux ?

Sérieux problème car ne l’oublions pas, pour le capitalisme, le vieux est une marchandise comme une autre, comme chacun de nous quelque soit notre âge. Nous ne sommes pas des individus, nous sommes des « consommateurs », et à ce titre comptabilisés comme tels. Les vieux encore valides et en liberté sont de meilleurs sujets car ils voyagent, dépensent, payent pour leurs enfants et petits enfants, alors que les ceusses encasernés se contentent d’abandonner leur pension et faire casquer leurs descendants quand ils en ont. Néanmoins les morts ne sont pas une catastrophe pour l’état, il récupère leurs retraites. Rajoutés aux amendes pour non présentation de dérogations dérogatoires, ça va faire un joli pactole. Donc, épargnez-nous vos larmes de crocodiles.

Aujourd’hui pour épouvanter le petit peuple, vous sortez des chiffres que vous minorerez demain pour rassurer et relancer la machine. Jadis les vieux mourraient de vieillesse, ça m’étonnerait que ça ait beaucoup changé et qui peut déterminer avec précision de quoi meurt réellement un centenaire ?

Quand tu rentres dans ce genre de boutique tu peux être certain à cent pour cent d’en sortir les pieds devant. Au delà de, mettons pour être large 90 balais, faut pas te plaindre, y en a pas autant pour tout le monde et tu peux espérer « mourir dans la dignité », . c’est beau ça, ça aurait été mieux que tu ais pu y vivre aussi, dans la dignité… Bref, faudra qu’un jour l’être humain accepte que, comme toute forme de vivant, il est mortel. Ça le rendrait peut-être un peu moins con…

Et l’avenir me direz-vous ? Vu que les actuels pensionnaires sont les derniers à avoir des retraites encore un peu joufflues, rien à voir avec celles de notre génération à nous qui avons passé la moitié de notre vie au chomdu, les EHPAD, dénommés autrefois hospices puis maisons de retraite, redeviendront des mouroirs dirigés par un « manager » grassement rétribué, chargé de faire trimer une équipe mal formée et sous payée, enrichie de bénévoles dociles et transis de culpabilité et pourquoi pas, de quelques bonnes sœurs à cornettes. C’est Geoffroy de mes vieux qui va être content…

Riton 14 04 2020

Dans la continuité du texte de Riton

Et si nous abordions les tarifs d’un Ehpad! Au delà d’être la dernière demeure de nos anciens c’est aussi une vaste usine de récupération et de recyclage des retraites, des biens mobiliers et immobiliers, des bijoux et j’en passe. Pour dire les choses clairement: une pompe à fric .

Pour illustrer mes propos, je vous fait part du coût du placement de ma mère au centre hospitalier de Montauban de 2006 à sa disparition en 2013. En avril 2006, quand contraint et forcer j’ai du placer ma mère en « cure médicale » (appellation exacte) à l’hôpital de Montauban la mensualité s’élevait à 1375 € (Apa déduite) sinon 1520 €. Six mois après le loyer était passé à 1457 €. Je reconnais que durant les deux premières années ses conditions de vie étaient correctes: chambre seule, différents ateliers, personnels nombreux, serviables et à l’écoute, repas corrects etc. En 2008, réorganisation, le service « cure médicale » s’est tranformé en Ehpad. Suppression de la chambre seule, transfert dans chambre double de 20m2 environ, diminution du personnel et certains intervenants extérieurs. Par contre forte augmentation de 256 € (non justifiée ) mensualité de 1713 € plus l’Apa 1936 € !!!. La protestation des parents auprès de la direction n’aura rien changé. Pour en terminer avec ses chiffres le dernier mois de vie de ma mère le loyer était de 1926 € avec l’Apa 2381 €. En centre hospitalier!!!!!

Ces 8 ans passés dans cet établissement aura coûter à la famille 175 000 €, le prix d’une maison. Nous sommes les victimes d’un véritable hold-up social et j’insiste dans un Ephad hospitalier. Qu’on est loin des images télévisées distillées à longueur de journée sur ces Ephad luxueux destinées à des résidents très très fortunés. Loin de ces images terrifiantes qui resteront à jamais graver dans ma tête: pensionnaires assis dans leur fauteuil roulant, alignés comme des harengs, le corps courbé, la tête basse, les yeux vitreux dans le vague, ces cris soudain déchirant le silence, cette odeur indéfinissable qui me prenait à la gorge et surtout cet inoubliable spectacle de la lente dégradation physique menant aux derniers instants de la vie que l’on nomme agonie: bouche ouverte, souffle saccadé, râles incessants et puis derniers soubresauts…. au revoir maman. Alors quand j’entends tous ces responsables scandant protégeons nos anciens, évitons l’hécatombe, aidez-nous. Je leur cris, je leur gueule foutaise, cinéma, escrocs. Quel fils, quelle fille souhaite assister à cette longue agonie, combien de fois j’aurai souhaité que tout cela s’interrompe. Oui je suis pour la solution radicale, oui offrons leur une fin de vie digne, sans souffrance. Si l’on en croit le dernier sondage de l’Ipsos 96 % des français sont pour l’euthanasie et pourtant pour des raisons soi disant éthique pour ne pas dire religieuse ils décident de laisser mourir les gens dans la douleur. Au delà des principes moraux se cache le coté financier, cette poule aux œufs d’or, cet enfer ruisselant de rivières dorées, ce paradis de la finance dans lequel se vautrent et investissent en masse des grands groupes financiers (Koria, Orpéa) . Ne comptez pas sur moi pour verser une larme, cet énième virus qui vient frapper sans vergogne le monde et qui va mettre à mal une grande partie de l’économie et faucher malheureusement des biens portant sans distinction d’âge . Mais ce covid 19 est peut être et même surement salvateur pour nos anciens qui souhaitaient comme ma mère ne jamais finir leur vie dans un hospice ou autres termes et partir surtout sans souffrir. Il est pour de nombreuses familles le délivreur de ces âmes perdues dans ces longs couloirs de la mort dont personnes ne revient et comble de tout (lol ou mdr) comme il n’y a plu de « soutane » ils ne bénéficient même plus du sacrement du malade encore moins l’eucharistie donné en viatique et aussi cette terrible parole je crois de St Mathieu dans les derniers instants de la vie « Venez à moi vous qui peinez sous le poids du fardeau et je vous soulagerai ». Mais ce monde est devenu un véritable bordel non de dieu….

Donc comme tout fou camp de mon confinement je vous quitte en chanson et chantons tous ensemble avec notre pot Mouloudji;

Sergio 15 04 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s