C’est la nuit surtout que le combat devient furieux…

Les éditions Libertalia viennent de publier un recueil de lettres écrites par une jeune infirmière, Alix Payen, lors de la Commune de Paris en 1871. Ces échanges épistoliers avec son mari combattant dans la Garde Nationale parisienne, avec sa mère, son père, sa famille, ses amis, dispersés, isolés au milieu des terribles combats qui opposaient les Fédérés aux forces réactionnaires de Versailles offrent un témoignage émouvant sur l’implication du peuple de Paris, son espoir dans un monde de justice, ses pratiques de lutte et de solidarité, son courage jusqu’au sacrifice. Ce récit écrit par une authentique actrice de la tragédie devrait nous interroger sur les comportements pour le moins pusillanimes qui sont souvent les nôtres face à l’oppression et l’acceptation pleine de servitude volontaire des contraintes qu’on nous impose aujourd’hui au nom bien sûr de notre sécurité et de notre bien-être…

« C’est la nuit surtout que le combat devient furieux. Une ambulancière de la Commune 1871 » d’Alix Payen. Textes rassemblés et présentés par Michelle Audin. Aux Éditions Libertalia.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s